Après quatre ans de travaux gigantesques, l’édifice est quasi achevé. Le 17 septembre 1904, 12 sœurs bénédictines originaires de l’abbaye Saint Gabriel à Prague, première maison monastique de religieuses appartenant à la congrégation de Beuron, viennent s’installer dans la nouvelle bâtisse. Par deux décrets du Pape Léon XIII en 1908, le prieuré est élevé au rang d’abbaye et doté de tous les droits et privilèges de l’ancien monastère de Sainte Hildegarde.

En tant qu’abbaye “exempte”, elle n’est pas subordonnée à l’évêque local mais dépend directement du Saint Siège à Rome. Le 7 septembre 1908, les peintures de l’église réalisées par P. Paulus Krebs de Beuron et ses élèves sont si avancées que l’église peut déjà être consacrée par l’évêque de Limburg Dominikus Willi. Un jour plus tard, Reginstrudis Sauter, prieure du monastère reçoit la bénédiction solennelle et devient première abbesse de la communauté conventuelle. Elle est ainsi la 36ème descendante de Sainte Hildegarde sous laquelle est placée la protection de l’abbaye et de l’église.

Le nombre de religieuses ne cessera ensuite de croître. La communauté arrivera à surmonter les difficultés de la première guerre mondiale 1914 – 1918 et de l’après-guerre avec son inflation, grâce à l’aide de Dieu et à une bonne gestion interne rationnelle. La construction de l’aile est, laissée jusqu’alors en suspens va, après la première guerre mondiale (1918– 1939) être enfin achevée et seront aménagées officiellement une aile du noviciat et une salle du chapitre.